La politique de l’autruche ne dure qu’un temps. Trop souvent, lorsque nous sommes à la tête d’une organisation, nous pratiquons, pour un ensemble de raisons, toutes meilleures les unes que les autres, le déni de réalité. Quand cette situation dure trop longtemps, vient le temps de la liquidation. Une catastrophe pour les uns, mais une opportunité d’investissement, à bon compte, au moins à première vue, pour les autres.

Santander achète le 7 juin 2017 Banco Popular pour… 1€

European authorities stepped in to avert a collapse of Spain’s Banco Popular following a run on the bank, orchestrating a last-minute rescue on Wednesday by Santander, the country’s biggest lender.

Owners of Popular bonds faces losses of some 2 billion euros, while Santander will ask its shareholders for around 7 billion euros ($7.9 billion) of capital to absorb Spain’s sixth biggest bank.

Santander’s takeover of the bank, which has been weighed down by risky property loans, for a nominal one euro marks the first use of a stricter European Union regime to deal with failing banks adopted after the financial crisis.

Source de l’information

Reuters
Article: ECB triggers overnight Santander rescue of Spain’s Banco Popular.

Commentaires

Le prix d’achat est officiellement d’un euro, pour une banque de la taille de Banco Popular qui était la sixième banque espagnole, cela ne semble pas cher et cela confirme la décrépitude du système bancaire du sud de l’Europe.

Pour autant, ce n’est pas un projet sans risque puisque, en première approche, Santander va devoir se recapitaliser à hauteur de 7,9 milliards d’euros…

Toshiba annonce un acheteur pour son activité de puces électroniques ce 21 juin 2017

Troubled Japanese conglomerate Toshiba on Wednesday announced it has selected a consortium led by the public-private Innovation Network Corporation of Japan (INCJ) as a preferred bidder for its prized memory chip business.

The consortium consists of the INCJ, Bain Capital Private Equity and the Development Bank of Japan.

In a statement, Toshiba said it determined that the consortium « presented the best proposal, not only in terms of valuation, but also in respect to certainty of closing, retention of employees, and maintenance of sensitive technology within Japan. »

Source de l’information

CNBC
Article: Toshiba taps Japan government-linked consortium as preferred bidder for memory business sale .

Commentaires

Toshiba est en très grande difficulté. Il s’agit d’un groupe de 190.000 personnes aux activités très diversifiées.

Un signe des temps, Foxconn, une entreprise emblématique chinoise, s’est intéressée de près à la reprise de cette activité japonaise dans les semi-conducteurs et continue à suivre le dossier.

D’où l’allusion, de la fin de la citation ci-dessus, au maintien (éventuel) d’une technologie sensible au Japon.

Quand EDF annonce de premiers retards à Hinkley Point ce 24 juin 2017

Le coût final de la centrale nucléaire de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre, pourrait dépasser de 1 à 3 milliards d’euros le devis initial, rapporte samedi Le Monde, qui cite un audit interne d’EDF.

Ce dérapage pourrait s’expliquer par un retard dans le calendrier de livraison de la centrale, qui est censée être mise en service en 2025, ajoute le quotidien français.

« Un dérapage chiffré entre 1 milliard et 3 milliards », précise encore Le Monde, qui évoque un démarrage de la centrale « sans doute pas avant 2027 ».

Source de l’information

Boursorama
Article: Vers un dérapage du coût de la centrale d’Hinkley Point.

Commentaires

L’avenir d’Areva et d’EDF se joue, sur un seul projet de quelques 21 milliards d’euros à Hinkley Point.

Début mars 2017, le Directeur Financier d’EDF, Thomas Piquemal, avait démissionné pour marquer son désaccord avec un projet que, selon lui, son entreprise n’avait pas les moyens d’assumer.

Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie à l’époque, s’est porté garant, auprès d’EDF, quant aux besoins de financement de ce projet.

Un peu comme en Italie avec les Banca Popolare di Vicenza et de Veneto Banca (voir ci-dessous), un état au bord de la faillite (M. Fillon, alors premier ministre affirmait qu’il l’était déjà), vient au secours d’une entreprise d’état (deux entreprises d’état si l’on prend en compte également Areva) au business model sérieusement ébranlé par Fukushima, pour l’encourager à se lancer dans un projet aux risques majeurs mettant l’entreprise dans une situation de quitte ou double. Avec le risque, comme en Italie, que les contribuables français et/ou anglais paient en cas d’accumulation des dérives. Voir notre page sur les Projets Vente.

Takata fait faillite ce 25 juin 2017

Hobbled by a deadly air bag scandal, Japanese auto supplier Takata filed for bankruptcy protection late Sunday as it continues to navigate the largest recall in U.S. history to fix a defect blamed for at least 16 deaths worldwide.

Crushed by more than $1 billion in penalties and costs associated with the scandal, the world’s second-largest air bag manufacturer was widely expected to enter bankruptcy in a bid to slash its debts and sell its assets to a rival supplier.

Source de l’information

USA today
Article: Air bag scandal-plagued Takata files for Chapter 11 bankruptcy protection.

Commentaires

Takata va utiliser le chapitre 11 pour ne pas payer ses dettes et vendre ses actifs à un concurrent.

Une entreprise employant 50.000 personnes et pesant 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires est donc à reprendre…

Mise à jour

C’est fait. Takata a été repris. Voir notre article du lendemain, en date du 27 juin 2017 : Key Safety Systems reprend Takata pour 1,6 milliard $.

Intesa Sanpaolo reprend, ce 26 juin 2017, les « actifs sains » de Banca Popolare di Vicenza et de Veneto Banca et reçoit… 5,2 milliards d’euros

Rome va verser 5,2 milliards d’euros à Intesa Sanpaolo, première banque de détail en Italie, pour que cette dernière reprenne les actifs sains de Banca Popolare di Vicenza et de Veneto Banca.

Le ministre de l’Economie Pier Carlo Padoan a précisé que le total des fonds « mobilisés » par l’Etat pourrait s’élever à jusqu’à 17 milliards d’euros, soit trois fois le montant qui avait été retenu dans le cadre d’un projet de recapitalisation des deux banques avec de l’argent public.

Pier Carlo Padoan a précisé qu’en plus des 5,2 milliards payés à Intesa, dont 1,2 milliard pour couvrir des suppressions de postes, l’Etat offrira des garanties additionnelles pouvant aller jusqu’à 12 milliards pour financer d’éventuelles pertes que pourrait induire un audit des créances douteuses et toxiques des deux banques.

Source de l’information

Les Echos
Article: L’Italie liquide les banques vénètes pour un coût potentiel de 17 milliards d’euros.

Commentaires

L’opération semble encore moins saine que celle de Santander et de Banco Popular. En effet, un état au bord de la faillite lui-même, fait payer, essentiellement à ses citoyens, la banqueroute de ces deux banques.

Il s’agit clairement d’un processus de « fuite en avant ».

Conclusion : quand la compétition mondiale fait rage

La globalisation ouvre des perspectives et des opportunités, aux entreprises du monde entier. Les entreprises françaises doivent donc être investies dans la réalisation d’une veille à l’international, d’abord pour détecter les opportunités éventuelles, et encore plus pour détecter les menaces susceptibles de les atteindre.

Une bonne représentation de la réalité est indispensable pour les dirigeants s’ils souhaitent éviter de se retrouver dans des processus incontrôlables de fuite en avant. Garder le contrôle est aujourd’hui, plus que jamais, essentiel.

Illustration en vidéo

Sujet et source de l’image

Sujet de l’image: Vue aérienne Hinckley Point C.
Source de l’image : Image extraite de la vidéo ci-dessus.

Autre(s) article(s)

Toshiba : assainissement ou derniers soubresauts ?

Toshiba - Avant et après
En parallèle à la vente laborieuse de son activité de puces mémoires, Toshiba se lance dans une opération financière risquée, ayant pour but de solder, ...
Lire la suite

Japon : Kansai Electric ferme 2 grandes centrales nucléaires

Kensai Electric - Donner un visage humain au nucléaire
Kansai Electric has decided to close two large, aging nuclear reactors at a power plant in Fukui Prefecture in light of rising safety costs that ...
Lire la suite

Après Hinkley Point, CGN s’intéresse à la centrale de Cumbrie

Projet Moorside en Cumbrie - Royaume-Uni
China General Nuclear Power Corporation (known as CGN) said on Monday it will bid to invest in a financially troubled 15-billion-pound ($20.35 billion) nuclear power ...
Lire la suite

Floride : Duke Energy arrête le nucléaire pour le solaire

Duke Energy Florida - Centrale solaire
Duke energy Florida a négocié son nouveau plan de développement avec la FPSC (Florida Public Service Commission). Voici, selon son communiqué de presse, les points ...
Lire la suite
Loading...

Auteur : Franck Frémont

Plus de trente ans de réalisations opérationnelles en vente, production et financement de projets industriels et d’infrastructures dans de nombreux pays du monde. Des centaines de chargés d’affaires, de responsables d’affaires et d’ingénieurs commerciaux recrutés et formés, au sein des plus grands groupes internationaux, réalisant des projets dans l’industrie et les infrastructures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *